École de magie ou étudiant viennent en apprendre d'avantage sur leur don de magie
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Près du cours d'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wakanda
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Près du cours d'eau   Sam 31 Jan - 13:01

L'âme en peine, déstabiliser, perdu et en colère. C'était les mots qui représentait le jeune homme qui venait de mettre un genoux au sol, près du cours d'eau, dans l'espoir de s'y rafraîchir, de s'y laver, de s'y cacher. Seulement voilà, avec Annissa, cela ne prenait pas. Quand un malheur arrivait, quand un trouble perturbait un élève, elle le savait.

Ainsi, elle était présente pour cet élève, qui le veuille ou non. Elle le regardait faire, se laver le visage, soupirer et tenter de se calmer. Il n'était pas dupe, il savait que cela n'allait pas fonctionner, mais il le faisait quand même, espérant que cette eau arrange un peu les choses.

Annissa était assise sur une grande roche, ses long cheveux argenter par le temps et la vieillesse laisser libre pour que le vent s'y engouffre. Son visage portait les traces de ses années passés sur cette terre. Chaque rides de son visage rappelait une année passé. Son regard bleu comme le ciel était emplie de bonté et bonheur, son sourire était doux et réconfortant, comme celui d'une grand-mère. Habiller au couleur de l'académie, elle devait sans doute être un professeur ou une employé du moins de l'établissement.

Elle regarda le jeune homme un instant puis, une petite gerboise grise vint lui grimper sur le bras et se posa sur son épaule, l'a regardant intensément comme attendant une chose, ce qui fit rire la vieille dame. Elle sortie de sa poche des graines et les donna lentement a la petite créature sur son épaule. Puis elle prit la parole, comme elle venait de montrer sa présence par son rire.

-Bonjour jeune homme, j'espère que vous voudrez bien m'aider a descendre de ce rocher...je dois avouer que je suis habituer d'y grimper...mais mon corps et mon esprit se refuse de voir ma vieillesse et pour y descendre c'est une autre paire de manche...

Elle rie d'un rire franc, détendu, qui faisait du bien a entendre. C'était si maternel, si doux, si innocent aussi.

-En échange je vous ferai une délicieuse tasse de thé, et j'ai d'excellent biscuits qui vienne avec. Je me plaît à croire que je fais les meilleurs biscuits de cette académie...car entre vous et moi, si vous avez goûter ceux de notre cuisinière...enfin...c'est une bonne dame, c'est une excellente amie, alors on peut bien lui pardonner son manque de connaissance en matière de dessert.

Elle sourie et se plaça sur le bord du rocher, voulant être aider pour y descendre. Elle semblait très légère, elle n'était pas très grande et elle était très mince.

-Je m'appelle Annissa...mais inutile de m'appeler ainsi car tout le monde m' appel Nini...et je n'accepterai pas d'être appeler autrement que par ce nom! Est-ce bien compris?! Annissa...sa vieillit trop je trouve.

Elle rie de nouveau, elle était pleine d'énergie et dégageait cette aura de bonheur, cette aura de bonté que seule les grands-mères pouvaient avoir.

-Alors....que veniez vous faire si loin alors que les cours vont reprendre d'une minute a l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie.forum-canada.com
DeSarim



Messages : 42
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   Sam 31 Jan - 15:07

Le rire franc de la vieil dame surpris l'espace d'un instant le jeune homme, lui dont l'instinct de survie était à son plus haut en ce moment n'avait pas remarquer la présence de la vieille dame. Sa présence n'avait sembler qu'apparaître d'un coup, sans pour autant qu'il croit que physiquement elle n'était pas déjà présente auparavant. Il semblait seulement que n'ayant pas voulu être remarquer, il n'avait pas put la percevoir. Il l'écouta parler tandis qu'il fouilla dans sa besace pour son bandage dans le but de panser sa mains, mais cela en vains, ayant déjà prodiguer les premier soins au petit homme avec celui-ci. Il se résigna alors à n’enfiler que son gant de cuir sur sa peau a vif, ce qui fit apparaître l'espace d'un instant un rictus de douleur sur ses lèvres qui disparu aussi vite.

Son regard alla enfin se posé sur la vieille dame. Son regard était lumineux et il affichait un doux sourire rassurant, mais Annissa put voir outre ce masque. Ce sourire et ce regard était au fond, dénué de vie et d'émotion, une barrière mentale dans le but de se protéger lui même. Elle put voir à cet réaction les origines nobles du jeune homme, ayant toujours appris à masquer ces sentiments. Il se devait d'être le protecteur et non le protéger, son père lui avait sans cesse répéter ces phrases durant sa jeunesse, tel était sa destiné. Après un moment à la regarder avec cette expression factice il se releva et s’avança vers l'ainée et lui tendit sa mains droite ganté pour l'aider à descendre. Il savait que le moindre contact lui ferait mal, mais il serait irrespectueux de tendre sa mains gauche pour l'assister dans sa descente.


- Il est normal que le corps ne réponde pas toujours au volonté du cœur et de l'esprit dame Nini, mais ne médisait pas sur votre âge, car vous êtes fringante et pleine de vie, ce qui prouve que vous êtes toujours jeune. De plus, n'est-ce pas habituelle au jeune gens de prendre des risque sans êtres sur des conséquence futur.

Son ton était doux, respectueux et même flatteur, tel il l'avait appris pour discuter avec ses ainées. Plus il parlait, plus elle avait cette impression d'une marionnette s'exprimant au bon vouloir de l'homme qui la tenait, comme s'il ne faisait que répéter ce qu'il avait appris sans nécessairement croire à tout ceci pour le moment. Mais en fait il y croyait, mais ne s'en croyait simplement pas digne, lui qui par sa faute avait pris la vie et causer la mort d'innocent. Pourquoi aurait-il le droit d'agir tel un protecteur lorsqu'il n'avait sut qu'apporter la perte de ceux à qui il tenait le plus. Lorsque celle-ci fut descendu du rocher il fit un noble révérence à Annissa avant de ramener ce regard vitreux sur elle.

- Joshua De S... Joshua, je suis nouveau dans cet établissement et donc suis-je dispenser de cours aujourd'hui dans le but de me familiariser avec l'enceinte de l'académie. J'ai eu la chance de rencontrer déjà des personnes charmantes, qui me donne pour l'instant une opinion très positive des lieux.

Lorsqu'il dit cela l'image du professeur traversa son esprit et la noirceur commença à agripper à nouveau à lui, enserrant son cœur cruellement. Sa mains se mit à nouveau à lui brûler sans raison apparente, mais la vieille dame elle put comprendre tout ceci. Le noyau l'avait marquer, comme à risque de sombre dans la magie noir. Les mages de l'ombre était disparu depuis un bon moment, mais rien ne promettait que jamais il ne reviendrait. Cet arbre était le protecteur des lieux et sa sève un violent acide pour ceux dont l'âme sombrait vers l'ombres. Il était le noyau, mais aussi le gardien, emprisonnant dans ces racines le mal incarné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakanda
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   Sam 31 Jan - 15:31

Joshua, voilà à qui elle avait affaire donc. Si sa mémoire était bonne, et elle l'était elle le savait, il s'agissait de Joshua de Sarim, fils de la terre du nord, terre de noirceur, ce qui expliquait sa peau un peu blancharde. Le sourire de la vieille dame ne disparu pas et ne s'estompa pas.

Lorsque la main lui fût présenter pour descendre, elle sourie, et utilisa un appuie sur son avant-bras pour éviter la blessure du jeune homme. Toujours tout sourire elle lui dit simplement, calmement et sans aucun jugement.

-Soyez heureux que le protecteur vous ai marquer sur la main...j'ai connu jadis un homme qui s'est vu se faire marquer sur les fesses...

Elle rie de bon cœur, se remémorant le souvenir de cet homme, dans sa jeunesse, dont le cœur avait pencher vers la noirceur et que le noyaux, l'ayant vu, l'avait marquer à l'endroit par lequel il était apposer a l'arbre.


-Il n'a pas pu cacher sa marque longtemps...tout comme vous, vous ne le pourrez pas, et cela ici, sera pris au sérieux par certaine personne...mais pour moi...qui comprends mieux que bien des vieux croutons ici... croyez moi...cela ne changera pas grand chose. Le noyaux n'est ni bon ni mauvais...tout comme chaque personne...la noirceur s'accroche à nous...et c'est à nous de voir si on laisse le bonheur prendre la place...ou la noirceur...alors...se sera à vous de faire vos preuves...ceci n'est pas mal en soit. Cette marque vous aidera a voir, vers quel côté vous penchez...Sachez ceci...vous n'êtes pas seul...et sans doute aurez vous des nouvelles de quelqu'un...des messages...de drôle de contacte...ce seront eux...les porteur de la marque...qui tenteront de vous amener de leur côté. Mais...je suis dans les rare a admettre qu'ils existent...

Elle regarda le sol sur lequel elle était à nouveau, son sourire s'aggrandit et elle lui fit signe de le suivre. Elle remonta un peu le long de la rivière, mais à peine quelque mètre. Elle regarda un arbre creux et en sortie un panier qui contenait des gâteaux, des biscuits, et de quoi faire du thé. Elle regarda le jeune homme et lui tendit une pierre à feu.

-Vous seriez aimable d'allumer un feu...comme cela je pourrais vous faire votre thé comme promis...et j'avais oublier que j'avais des gâteaux...c'est merveilleux comme nouvelle vous trouvez pas?

Elle regarda le ciel, et sourie. Elle ferma les yeux, laissa le vent s'engouffrer dans ces cheveux et soupira de plaisir. Elle alla ensuite au cours d'eau pour remplir la théière et elle revint pour la mettre a bouillir.

- Je n'aurais qu'un conseil pour vous...soyez celui que vous désirez être...et non celui que vous devez être...car un jour, cela vous rattrapera. Vous ne pouvez pas demander a une vache d'être un cheval alors pourquoi est-ce que vous devriez être un masque alors que vous êtes un humain?

Elle alla porter son regard sur lui et lui fit un sourire magnifique. Autrefois elle, avait sans doute été une bien jolie femme. Aujourd'hui, elle l'était encore, mais elle était très agées.

- Prenez cela comme étant une première leçon de l'académie....même si je ne suis pas un professeur, je crois pouvoir vous enseigner une ou deux choses... Prenez un biscuit...ou un gâteau...mais je vous le dis, mes biscuits sont les meilleurs!

Elle lui tendit le petit panier après avoir pris elle même un biscuit et se l'être engouffrer dans la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie.forum-canada.com
DeSarim



Messages : 42
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   Sam 31 Jan - 16:54

Joshua écouta la vieille dame en silence, elle appelait cette brûlure la marque, mais pourquoi avait-il était marqué, pourquoi lui, pourquoi la magie semblait-elle s'acharné sur son cas. Cette simple pensé fit grandir l'ombre en lui ce qui força un rictus de douleur sur ses lèvres. Il était donc marqué magiquement par le noyau et selon les dires d'Annissa, si cela venait à se savoir les gens changerait vis à vis lui. Elle disait que cela viendrait à se savoir tôt ou tard, mais il ne pouvait accepter cela, il ne fit que crisper douloureusement le poing comme pour tenter d'enfermer cette malédiction dans une prison de chair et d'os.

- En quoi devrais-je me réjouir d'avoir était marquer de la sorte. La magie n'est une malédiction dans ma vie et cette réaction n'en est qu'une preuve de plus. Les peuples n'ont pas la sagesse d'user de la magie de façons juste et équitable. Nos ambitions, nos sentiments et nos vices guides trop souvent nos geste et cela ne rend que cet abomination plus dangereuse pour tous. Seul les dieux devraient pouvoir accomplir de tel miracle, les êtes vivant ne sont pas assez pure pour agir judicieusement.

La douleur s'accentua d'un seul coup le forçant à mettre genoux au sol, tandis que l'ainée put voir la marque se propagé sur le bras du jeune homme dans des runes magique d'un noir de jais. Celle-ci s'arrêté pour le moment avant son coude, mais la propagation de cette marque était la preuve du mal qui rongeait le jeune homme. Certes il était toujours possible de rescapée son âme, d'éviter qu'il ne plonge dans l'ombre, et rien empêchait un sorcier de l'ombre de retourner dans la lumière, mais cela était extrêmement douloureux et il était donc plus facile de continuer dans la pente descendante que de se reprendre en mains, alors rare était ceux qui se libérait de la marque, mais bon nombre savait la stabilisé.

Elle venait de lui dire que d'autre comme lui existait, d'autre sur qui cette malédiction se propageaient, cependant plus elle lui en parlait plus il comprenait que cette marque seul ceux-qui avait toucher au noyau la possédait, donc rien n'assurait que d'autre personnes n'était pas aussi influencer par ces sentiments néfaste, prouvant d'autant plus pour lui le fait que la magie était un danger. Il se releva et la suivit se tenant le bras qui était engourdi par la douleur. Quand il arriva près de ce vieil arbre il prit la pierre a feu entre ses doigt et la regarda en silence pendant un moment. Cette dame n'était pas ce qu'il semblait, elle avait se charme qui ne fanait pas avec les années, cette sagesse, qui réconfortait, mais aussi et surtout, ce mystère qui l'entourait, comment savait elle autant sur cette marque, qui était elle, plus elle parlait plus cela l'intriguait. Cependant celle-ci gardait le mystère entier en ne donnant que des bribes d'information, surement car elle ne le jugeait pas près à tout comprendre dès maintenant. Il écouta donc sa demande et alluma un petit feu avec le silex, mais ce avec grande difficulté vu l'engourdissement de son bras droit.

Il ne comprenait pas pourquoi mais la compagnie de la vieil dame le rassurait, un peu comme le noyau. Cette chaleur maternel, il n'aurait jamais cru la ressentir à nouveau et dans cette solitude qui rongeait son âme celle-ci était un baume salvateur. Il prit un biscuit est le mangea lentement profitant grandement de la sucrerie et de son goût divin. Cela faisait longtemps qu'il n'avait manger si bonne nourriture, lors du pèlerinage il n'avait manger que le strict nécessaire et souvent de la nourriture des plus basique, alors ce petit luxe le détendit un peu. Assez pour permettre de faire baisser un peu le masque.


- J'ai par le passé fait l'erreur d'être celui que je voulais êtres, et les conséquences furent catastrophique. Je me dit que je n'aurais dut alors n'être que ce qu'on s'attendait de moi et rien d'autre, cela aurait été bien plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakanda
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   Dim 1 Fév - 10:26

Annissa écouta attentivement le jeune homme qui parlait de sa perception de la magie et du monde. Il avait de la rancœur envers la magie. Il cherchait une raison à son malheur et il avait décidé que c'était la magie.

Elle sourie d'avantage lorsqu'il s'ouvrit et parla de son passé. Elle ouvrit le couvercle de sa théière et y glissa des herbes, elle fouilla dans un sac posé contre sa hanche et en sortie deux petites tasses. Elle serva du thé dans les deux. Ses mains étaient tremblantes, mais aucune goutte ne fût renverser.

- La magie...n'est ni une malédiction, ni une bénédiction. Elle est un état. Elle est un tout. Elle est ce qu'elle est. Prends une chenille...elle devient chrysalide et ensuite papillon... ce n'est ni une malédiction, ni une bénédiction, c'est un état...Elle est ce qu'elle est...voilà tout. L'homme de la terre est semblable. Certains son homme de la terre, ensuite apprentie et ensuite magicien...ce n'est ni une malédiction, ni une bénédiction. C'est un état, un tout.

Elle lui tendit une tasse de thé bien chaude et lui donna avant de prendre la sienne d'une main et un autre biscuit de l'autre.

- Prendre du recul avec une bonne tasse de thé aide toujours...surtout si elle est accompagné de biscuits et de gâteaux!

Elle rie un peu avant de lécher ces vieilles lèvres et de manger le biscuit qu'elle avait pris. Oui, elle faisait les meilleurs biscuits de l'académie. Et ce, sans même user de magie. Peut-être était-ce là le secret de ces biscuits. Sa, ou alors l'amour qu'elle y mettait.

- Vous cherchez une explication, vous cherchez une raison d'un échec...mais mettre cela sur le dos de la magie...sa ne vous aidera pas...au contraire cela assombrira d'avantage votre cœur et votre âme, car vous en viendrez à vous détester...puis vous userez de vos pouvoirs pour détruire tout ce qui est comme vous...c'est à dire avec de la magie...

Elle le regarda droit dans les yeux, ces yeux bleu étincelait de bonté et de gentillesse. Elle était présente pour lui. Il pouvait ressentir ce lien maternel chez elle.

- Si jamais vous avez besoin de quoi que se soit...ou même juste de tenir compagnie à une vieille dame, très gentille qui à toujours des biscuits et du thé, vous êtes le bienvenu. Vous pourrez me trouver ici ou encore à l'académie. Quoi que...beaucoup plus rarement a l'académie...mon rôle est de veiller sur vous...et quelques autres choses aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie.forum-canada.com
DeSarim



Messages : 42
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   Lun 2 Fév - 18:47

Le regard de Joshua se raviva, sortant de ce regard sans âme à un regard un peu plus honteux. La vieille femme avait raison sur ces affirmations, la magie n'était pas la cause de son malheur, il était la cause de celui-ci. Cependant, la magie l'avait guidé vers ce sentiment d'invincibilité, de supériorité, qui entre autres choses avait causé cet événement. Certes, il pouvait voir que dans une autre optique, le prince qui était venu causer des problématiques sur ces terres avait lui aussi abusé de son pouvoir, son titre, pour tenter d'imposer sa volonté. Cette distinction devait être faite, la malédiction n'était pas la magie en soi, mais qui l'utilisait, qui usait de ces pouvoirs qu'il soit magique ou non et dans quel but.

Cela ne changea tout de même pas la vision de Joshua, la magie était un don beaucoup trop grand pour les mortels, et certes l'académie venait à s'assurer de garder un œil sur les porteurs, mais souvent beaucoup trop tard. Bien après qu'ils aient pu à leur guise abuser de cette faculté. Il devrait avoir un contrôle bien plus sévère sur la magie, des tests obligatoires dès l'enfance pour révéler ceux ayant ce don et les envoyer à l'académie et de force s'il le fallait. Seul dans cette prison qu'est l'académie, était-il possible de garder un œil sur chacun de ces gens et s'assurer qu'il ne cause autant de malheurs que lui même en avait causé.


- Vous avez raison, ce n'est pas de la faute systématiquement de la magie, mais le contrôle sur celle-ci est beaucoup trop laxiste, cela prend beaucoup trop de temps avant que ceux possédant cette faculté soient accompagnés. Je me ferais aussi un plaisir de venir vous tenir compagnie, car votre présence est un baume sur mon âme.

Il accepta lentement la tasse de thé et regarda les herbes flotter dans celui-ci. Un arome floral caressa ses narines lui rappelant les rencontres avec la haute noblesse. Lors de grande occasion, sa mère faisait du thé à base de plusieurs fleurs pour les convives, mais vu le climat polaire de leur duché, avoir du thé aux fleurs était un luxe immense. Cette odeur ne lui avait jamais plu, ni ce goût, il n’était plus simpliste et n'avait jamais compris le besoin d'offrir aux visiteurs une chose si dispendieuse, au lieu d'investir cela sur le peuple. Par respect pour la dame, il trempa ses lèvres et sourit faiblement, un vent de nostalgie s'emparant de lui. Le thé était infect, certes surement très bon au goût de la majorité, mais pour lui, cela goûter toujours aussi affreux. Malgré cela, il ne put s'empêcher de garder le sourire et de boire, se remémorant certaines visites, le visage de ses parents, la tendresse de la voix de sa mère. D'un seul coup, sa vision se troubla et il commença à avoir des sueurs froides, une pression au niveau de son torse lui coupa le souffle. Il vit l'espace d'un instant le corps inerte de ses parents et leur tête sortant du panier d'osier de Nani. La surprise de tout cela lui fit lâcher prise sur sa tasse qui tomba au sol dans un fracas. Il se mit ses mains sur la tête et serra les dents chassant ces fantômes de son esprit. Ses parents étaient morts, il ne pouvait être ici, il les avait tués, par sa faute ceux-ci n'étaient plus. Il était responsable, il était la cause de tout ceci, sa noirceur grandissait rapidement accompagnée d'une douleur inconcevable tandis que les marques progressaient sur son bras. Cette souffrance fut tellement grande que sa vision se voila tandis qu'il sombrait dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Près du cours d'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Près du cours d'eau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie de magie :: Autre lieu de l'école :: Cours boisée de l'école-
Sauter vers: